My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Faire de la curation de contenu pour une information de qualité
RETOUR
Leader ship - Fiches techniques

Faire de la curation de contenu pour une information de qualité

Quelques outils

26/09/2017

Un maître mot devrait guider l’internaute en quête d’information : la sélection. Et cela passe notamment par la curation de contenu. On vous dit comment faire.

Qui n’a pas déjà été pris de vertige face à la profusion d’informations proposées par internet ? Sites, blogs, forums, réseaux sociaux… Jamais nous n’avons eu à notre disposition autant de sources d’information. Paradoxalement, jamais nous n’avons eu autant de mal à nous informer. Fake news et faits alternatifs ont dominé notre actualité ces derniers mois. Malgré ses performances, nous savons que Google ne met pas forcément en avant le contenu le plus pertinent. Lorsque le sujet n’est pas très populaire, combien de temps passons-nous à écumer les tréfonds du web à la recherche du renseignement désiré, parfois même en vain ?

 

Cette infobésité nous oblige à faire des choix. Encore faut-il faire les bons. La curation de contenu peut être une aide précieuse.

 

 

Qu’est-ce que la curation de contenu ?

 

Apparue à la fin des années 2000, le terme vient de l’anglais « content curation » ou « data curation ». En Français, on parle parfois d’agrégation web même si certains font la distinction entre les deux. La curation peut se définir comme une tâche consistant à sélectionner des contenus sur un sujet selon des critères définis dans une ligne éditoriale et destinés à être partagés. En vogue au début des années 2010, la curation de contenu reste judicieuse pour qui veut s’informer ou diffuser de l’information pertinente.

La curation de contenu ne se confond pas avec la veille. Évidemment, la seconde fait partie de la première puisqu’elle correspond à la phase de recueil de données. Elle se pratique, entre autres, à l’aide de flux RSS ou sur les réseaux sociaux. Mais la veille ne comprend pas le partage de l’information.

La curation n’est pas non plus de la production. Dans ce cas, on créé un contenu original destiné à être partagé et consommé. Pour autant, la curation n’est pas dénuée de valeur. D’une part, elle fait gagner du temps à l’internaute en le dirigeant directement vers du contenu qualifié. D’autre part, ce dernier est replacé dans un contexte fonction d’une ligne éditoriale.

Par ailleurs, le fait de sélectionner peut être l’occasion de mettre en avant des textes de qualité mais bénéficiant d’une faible visibilité.

 

 

Des outils de curation

 

  • Paper.li : le plus journalistique

Créé en 2010 par SmallRivers, Paper.li est l’outil de curation par excellence, notamment utilisé par les aficionados de Twitter. Il permet de lancer un journal public en ligne dont vous êtes le « rédacteur en chef ». En effet, c’est vous qui choisissez les contenus à mettre en ligne sur une thématique donnée. Composé de plusieurs rubriques, seules les premières lignes des articles sont lisibles en guise de présentation. Le lecteur intéressé n’a plus qu’à cliquer dessus pour accéder à la totalité du texte. Paper.li a l’avantage d’être gratuit. Mais il existe une version payante qui donne droit à un nom de domaine personnalisé, à un design propre et à la possibilité d’envoyer une newsletter par courriel.

  • Pearltrees : le plus graphique

Point de journal ici mais une représentation visuelle de vos contenus sous forme de post-it. À noter qu’à l’origine, ces derniers étaient des perles. Le fonctionnement reste le même. Une page est consacrée à une thématique dans laquelle sont regroupés les contenus afférents sous forme de post-it. Ces derniers peuvent aussi être des sous-thématique renvoyant à d’autres liens. Ces derniers ne sont pas uniquement constitués de textes. Des vidéos, des fichiers, des tweets… peuvent être « perler ». Là encore, des forfaits premium s’ajoutent à la version gratuite avec des fonctionnalités supplémentaires et une personnalisation plus avancée.

  • Storify : le plus narratif

Enfin, Storify est un outil de curation de contenu qui opère sous la forme d’une… histoire ! Autrement dit, il ne s’agit pas seulement de regrouper des articles sur une thématique donnée. Il faut en plus faire preuve de créativité en racontant une histoire. À ce titre, tous les éléments sont bons à prendre pour capter l’attention du lectorat : bout de phrases, tweets, photos, vidéos… Nous sommes à la lisière de la création de contenu, ce qui fait sa valeur ajoutée par rapport aux deux précédents outils. D’ailleurs, l’une des options de la version payante (Storify Business) est d’apporter un soutien SEO comme on pourrait le faire pour n’importe quel contenu original.

Pour finir, il est recommandé de ne pas passer à côté de la curation de contenus si vous souhaitez faire valoir votre expertise que vous soyez professionnel, journaliste, blogueur ou passionné. Moins chronophage que le web content tout en lui étant complémentaire, elle créé de la valeur ajoutée en offrant au lectorat du contenu qualifié, sans passer par une phase de recherche qui peut s’avérer longue et vaine. En plus des outils susmentionnés, les réseaux sociaux Facebook, Twitter ou Linkedin peuvent être mobilisés à cette fin via leurs fonctions de listes et de groupes.

 


Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise