My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Google va intégrer un adblocker partiel à Chrome dès 2018
RETOUR
News - Tech

Google va intégrer un adblocker partiel à Chrome dès 2018

Le géant du web lance son propre adblocker

28/06/2017

La publicité sur internet est très présente… parfois un peu trop. Alors pour naviguer sans être submergés de messages publicitaires, les internautes sont de plus en plus nombreux à installer des adblockers. En effet, en 2016, 36 % des Français en utilisaient un, soit une augmentation de 20 % en seulement un an. Google, espèrant limiter l’utilisation des publicités intrusives, intégrera donc un adblocker partiel à son navigateur Google Chrome dès 2018.

Le géant du web va lancer son propre bloqueur de publicités l’année prochaine ! Le principe : lorsqu’une publicité ne sera pas conforme aux standards de Better Ads, elle sera bloquée. Et ce, même si elle est détenue ou desservie par Google. La diffusion d’une seule annonce intrusive entraînera une sanction de la part du leader des moteurs de recherches qui bloquera l’ensemble des publicités du site concerné. 

Il est donc dans votre intérêt de veiller à ce qu’aucune de vos publicités ne soit susceptible de vous pénaliser !

 

 

Quels formats pourraient entraîner un blocage ?

 

Seront considérés comme intrusifs et seront par conséquent bloqués les formats ne respectant pas les préconisations de la “Coalition For Better Ads”*. Parmi ceux concernés, nous retrouverons entre autres :

  • les publicités comprenant la lecture d’une vidéo avec le son ;
  • les grandes publicités fixes ;
  • les pop ups ;
  • les interstitiels avec un compte à rebours empêchant l’internaute de le passer directement.

 

L’arrivée de l’adblocker de Google est une bonne nouvelle pour les internautes, qui profiteront d’une navigation plus fluide et d’une meilleure expérience utilisateur. De plus, il ne faut pas oublier que les revenus de la publicité en ligne sont ce qui permet au web gratuit d’exister. Le nombre croissant de bloqueur de publicité utilisé est donc un véritable problème.  En proposant uniquement de la “bonne” publicité sur Chrome, Google pourrait-il provoquer une baisse du nombre d’utilisateurs d’adblockers et donc participer à la préservation du web gratuit ? L’avenir nous le dira !

 

*Groupement international des acteurs de la publicité en ligne dont Google fait partie

 

 

 

Laure Youst-Carlier 

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise