My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Nintendo Labo : le prochain carton de Nintendo ?
RETOUR
Crush - On a testé pour vous

Nintendo Labo : le prochain carton de Nintendo ?

18/01/2018

Avec plus de dix millions d’unités vendus dans le monde, la console Switch écrase tout sur son passage. Seul une cible échappait encore à son emprise : les enfants. Ce sera désormais bientôt chose faite avec la sortie du futur Nintendo Labo.

Nintendo ne fait décidément rien comme les autres. Là où on les attendait sur les Amiibo ou un nouvel épisode d’Animal Crossing, la firme de Kyoto prend tout le monde de court et annonce Nintendo Labo, « une expérience interactive inédite sur Nintendo Switch à destination des enfants (et des grands enfants) ».

À base de carton.

 


Entre jouet et jeu vidéo


Mais de quoi s’agit-il ? Le Nintendo Labo peut se résumer par la formule : « construire, jouer et découvrir ». À l’aide de cartons pré-découpés, de fils, d’élastiques et d’autres éléments, vous construisez vos propres jouets. Jusque là, rien d’extraordinaire. Jusqu’au deuxième mouvement de la formule : le jeu.

En effet, le jouet (appelé Toy-Con) est destiné à servir dans des applications pour la console Nintendo Switch. Prenons un exemple : dans le trailer diffusé jeudi 17 janvier au soir, on pouvait tout simplement assister à une démonstration de... piano en carton ! Selon les retours des journalistes qui ont pu l’essayer, cela fonctionne parfaitement. La réactivité est instantanée et on se surprend à composer des mélodies.

Mais comment ça marche ? Comment une simple pression sur une touche en carton peut produire un son ? C’est là que la technologie de la Nintendo Switch entre en jeu. Enfin, serait-on tenté de dire tant ses fonctionnalités périphériques comme le motion gaming ou la vibration HD ont pour l’instant été laissées de côté au profit du gameplay traditionnel d’un Mario Odyssey ou d’un Zelda Breadth of the Wild. Dans le cas du piano, on insère un contrôleur Joy-Con sur le côté. Sa caméra lit les autocollants réfléchissants que vous avez collé à l’arrière de chaque touche et qui correspondent chacun à un son produit par le logiciel. Ingénieux.

Mais il n’y a pas que la caméra qui est mise à contribution. Ainsi, il est possible de faire avancer une voiture en carton grâce à la vibration haute définition des Joy-Cons, l’écran tactile de la Switch faisant office de contrôleur ! Nintendo vient rien de moins que de réinventer le principe de la voiture télécommandée !


 


Retour en enfance


Il y a quelque chose de fascinant dans cette capacité de Nintendo à suivre sa propre voie avec un succès insolent. Tandis que d’autres font dans la surenchère technologique pour créer de la réalité virtuelle ou mixte, Nintendo invente une forme de réalité augmentée avec un mix génial de high tech et de low tech dans un esprit Do It Yourself. « La Switch en mode Michel Gondry », pour reprendre la formule lumineuse du journaliste Patrick Hellio. Face à ces modestes objets en carton, il est difficile de ne pas songer à « la pensée latérale des technologies désuètes » de Gunpei Yokoi, père de la Game Boy.

Avec son Labo, Nintendo nous propose de renouer tout simplement avec notre âme d’enfant. S’il est avant tout destiné aux plus jeunes, nul doute que le concept risque de plaire aux adultes comme en témoignes les dithyrambes des journalistes qui ont pu l’essayer. Car les potentialités du concept sont immenses. Aujourd’hui, nous avons un piano et une voiture télécommandée. Quid de demain ? Un épée et un bouclier pour Zelda ? Des armes à feu pour Doom ? Un des packs de lancement prévoit déjà de transformer votre bambin en une sorte de… Transformers !

Par ailleurs, Nintendo revient à son coeur de métier en mettant l’activité ludique au sens large au centre. C’est aussi l’idée de la Switch avec son concept hybride salon-portable permettant de jouer où on veut quand on veut. Sauf qu’ici, le jeu n’est pas que vidéo. Il ne se déroule pas que sur le seul écran. Il n’est pas que virtuel. Le plaisir ludique vient aussi de la possibilité créative de construire quelque chose de ses propres mains. Qui n’a pas éprouvé un sentiment de fierté en terminant un puzzle alambiqué ou un modèle de Lego imposant ?

 


De l’art et de l’humain


Il n’est d’ailleurs pas impossible que l’aspect artistique prenne le pas sur le volet ludique. Nous savons que les créations pourront être personnalisés grâce à des feutres, des bandes de couleur et autres autocollants. Mais on peut s’attendre à ce que certains aillent plus loin avec des créations originales. Inutile de dire que l’on tient ici une pépite pour les réseaux sociaux de type Instagram.

En outre, Nintendo remet de l’humain dans un jeu vidéo de plus en plus virtuel et connecté où le contact se fait par écran ou connexion Internet interposé. Le multijoueur local est réinventé sous la forme d’un jeu de construction où l’on manipule, on se parle, on collabore. On pense évidemment à la famille et on imagine sans mal des parents gamers détenteurs d’une Switch acheter le Nintendo Labo pour leur progéniture. Il convient de préciser que la dimension éducative n’a pas été oubliée. C’est le troisième point de la formule : « découvrir ». Une fois la construction terminée, l’enfant peut découvrir sur l’écran de la console la façon dont fonctionne cette technologie, soit une manière originale et soft pour les plus jeunes de l’appréhender.

En définitive, loin de la course technologique que se livrent Sony et Microsoft, Nintendo poursuit sa quête d’hybridation pour une expérience de jeu toujours plus amusante et inédite. À la fois tactile et virtuel, pixelisé et matériel, ludique et créatif, solitaire et collaboratif, Nintendo Labo porte bien son nom : il est le laboratoire des interactions ludiques à venir.

Rendez-vous avec le futur le 27 avril avec un pack « voiture/pêche/piano » à (vraisemblablement) 69,99 euros et un pack « robot » à 79,99 euros.

 

 

Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise