My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Stranger Things : une expérience en réalité virtuelle
RETOUR
Fun - Tendances

Stranger Things : une expérience en réalité virtuelle

14/12/2017

La célèbre série des frères Duffer se dévoile cette semaine en réalité virtuelle (VR) sur le Playstation Virtual Reality (PSVR). L’occasion de revenir sur le succès insolent de la série et de Netflix.

Ce n’est pas le show le plus « dévoré » sur Netflix cette année. La série documentaire humoristique American Vandal lui a damé le pion. Ce n’est pas non plus le plus « savouré ». Le titre revient à The Crown, le biopic de la Reine du Royaume-Uni Elizabeth II. Mais Stranger Things est la série qui a le plus rapproché les Français (et les Américains) cette année. Sous-entendu : on la regarde en famille.

 

 

Netflix au sommet

 

« Dévoré », « savouré », « rapproché ». Pour sa première rétrospective, Netflix a décidé de ne pas faire tout à fait comme les autres avec une présentation insolite de ses différents classements. Au-delà de l’anecdote, Netflix rappelle sa domination sur le marché de la vidéo à la demande avec ce chiffre vertigineux : 140 millions. C’est le nombre d’heures par jour passé par les abonnés à regarder du contenu. En une semaine, on atteint quasiment le milliard.

 

 

Nul doute que la saison 2 de la série de Matt et Ross Duffer a contribué à ce succès. Selon le groupe Nielsen, chaque épisode a connu en moyenne une audience de 8,8 millions de téléspectatrices et de téléspectateurs dans les trois jours de la diffusion du show pour les seuls États-Unis. Le premier épisode a rassemblé 15,8 millions de visionneurs sur la même période. 361 000 abonnés ont « bing watché » (ou « dévoré ») l’intégralité de la saison 2 dans ce laps de temps.

Une nouvelle saison est donc inévitable. En fait, l’idée était acquise avant même la diffusion de la deuxième. Seul hic : on vient d’apprendre de la bouche de l’acteur David Harbour qui incarne le shérif Jim Hopper qu’elle ne sortira pas avant… 2019 !

Jusque là, vous pouvez donc revoir les deux premières saisons, discuter des théories explicatives sur les forums, dénicher les nombreuses références qui parsèment le show… Vous pouvez également tenter l’expérience en réalité virtuelle.

 

 

Des choses encore plus étranges en VR

 

Disponible depuis plus d’un an sur Netflix, l’application Stranger Things en réalité virtuelle est sortie le 12 décembre sur le PSVR. Après le célèbre générique du show très années 80 introduit par les nappes synthétiques de Survive reconnaissables entre toutes, on entre directement dans le vif du sujet. Retour à la saison 1 : on incarne Joyce Byers (interprétée dans la série par Winona Ryder), une mère à la recherche de son fils Will soudainement disparu. Caché dans un monde parallèle (l’Upside Down), il tente de rentrer en contact avec sa mère en manipulant des ampoules électriques qu’il peut activer à distance.

 

 

Les fans du show auront le plaisir de retrouver une reconstitution fidèle de la maison des Byers en dépit d’un visuel légèrement flou. Les déplacements sont limités mais la VR procure ce sentiment d’immersion qui donne l’impression d’y être. Avec l’aide de votre torche, vous pouvez scruter le moindre recoin de la demeure. Sans qu’on y prenne gare, des éléments du décor changent. Puis, vient le moment fatidique où le téléphone sonne... Nous n’en dirons pas plus !

D’ailleurs, il n’y a pas grand-chose à écrire de plus tant l’expérience est courte (deux minutes au bas mot). La déception est d’autant plus grande que l’expérience fonctionne et que l’univers de Strangers Things semble bien se prêter au jeu de la VR. Dans le même genre, on pourrait citer l’incroyable filtre en réalité augmentée appelé « Portal World Lens » sorti sur Snapchat en octobre dernier. Celui-ci donne vraiment l’impression d’entrer « physiquement » dans une dimension parallèle.

 

 

Et on se prend à rêver d’un jeu entier, voire d’une saison complète exploitant ces technologies.

 

 

 

Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise