My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : L’Emoji : un moyen de communication adopté
RETOUR
Fun - Tendances

L’Emoji : un moyen de communication adopté

Les émojis les plus utilisés

16/02/2018

Il est apparu dans les années 70 et s’appelait alors “émoticône”. Après avoir fait son chemin et avoir été renommé, il fait désormais partie intégrante de nos vies. On le retrouve sous plusieurs formes : joyeux, en colère, surpris ou encore amusé. MyJalis vous parle bien évidemment... des émojis !

Au tout début de leur création, les smileys et les émoticônes étaient utilisés pour accompagner un message et insister sur une émotion auprès de son destinataire. Mais aujourd’hui leur utilisation a considérablement changé. Dans son étude sur le rapport avec les émojis, Brandwatch étudie toutes les raisons de les employer, notamment sur Twitter.

 

Dans une époque toujours plus connectée et peuplée d'une nouvelle génération toujours plus équipée, il semblerait bien que l'émoji ait (enfin) trouvé (toute) sa place. La raison ? Apple a spécialement créé un clavier à son intention pour faciliter son utilisation. Dès 2011, plus besoin de copier-coller les petits “visages jaunes”.

 

Ainsi, visages souriants, mécontents ou encore peinés se retrouvent sur tous les écrans, sans cesse renouvelés et améliorés par des mises à jour liées à l'actualité, les phénomènes de société, l'évolution des moeurs (symboles LGBT, possibilité de choisir la couleur de peau de l'émoji choisi,...), etc.

 

Mais ce n’est pas tout, dans cette étude, on apprend également qu’il existe des préférences en termes d’émojis. Et c’est entre les joyeux et les mécontents que tout se joue.

 

 

Emojis positifs VS négatifs

 

Bien que sur Twitter les émojis positifs l’emportent à 75% contre 25% de négatifs, il semblerait bien que l’augmentation de ces derniers s'accentue : 9.5% en deux ans (23.2% à 25.4%). Et la raison ne serait autre que l’élection de Donald Trump, qui a entraîné avec elle une vague de mécontentement sur la twittosphère. Durant cette période, la société de recherches a en effet constaté qu’il s’agissait du plus gros volume d’émojis négatifs publiés (28.9%).

 

Autre constatation, du côté des émojis positifs cette fois-ci : en février 2016, Twitter est submergé à 76.8% de visage joyeux... les tweetos souhaitant simplement un joyeux anniversaire à Harry Styles, chanteur du groupe One Direction.

Se retrouvent donc en première position les émojis joyeux (31%), suivis de très près par ceux exprimant du dégoût (21%), les tristes (16%) et ceux apeurés (15%). Le constat de Brandwatch est le suivant : ces deux dernières années, le plus gros volume d'émojis joyeux s'est manifesté durant les fêtes de Noël et celui exprimant de la tristesse pendant l’attentat terroriste survenu à Manchester en mai 2017 pendant le concert de la chanteuse Ariana Grande.

 

 

Des tendances différentes selon les pays

 

Brandwatch s’est également tourné vers les internautes anglo-saxons, pour en savoir plus sur leur utilisation des émojis. Ils y seraient employés différemment le week-end et la semaine et selon les heures de la journée. Plus actifs à partir de 21 heures (où il commence à se faire tard), ils seraient alors plus adeptes des émojis grincheux. D’où l’augmentation d’émojis négatifs (27.3%).

A contrario, ils s'avèrent bien plus enjoués à la veille du week-end, avec une utilisation des émojis positifs les vendredis et samedis (77.7%).

 

Si depuis les années 90, les émojis sont devenus un langage universel que tout le monde comprend, leur usage diffère néanmois en fonction du pays, de la région et de la langue maternelle. Brandwatch s’est penché sur quelques-uns d’entre eux, afin d’analyser leur taux de positivité et de négativité.

 

On apprend ainsi qu'aux Etats-Unis, par exemple, l’Utah, le Maine et le Wyoming sont les trois états qui utilisent le plus d’émojis positifs. Que l’Equateur, la Bolivie et le Venezuela sont les pays d’Amérique du Sud à avoir envoyé le plus d'émojis négatifs. Que la principauté de Monaco, le Monténégro et Gibraltar sont considérés comme les pays les plus heureux d’Europe, quand le Royaume Uni et la Grèce, eux, ne sont pas des plus enjoués. Enfin, en France, les villes révélant comme étant les plus négatives ne sont autres que Paris, Orléans et Montpellier contre Le Mans, Rennes et Nantes, plus épanouies que jamais.

 

 

 

Article rédigé par Clélia Ripoll

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise