My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Service de vidéo à la demande : Amazon voit grand
RETOUR
Fun - Tendances

Service de vidéo à la demande : Amazon voit grand

19/01/2018

Amazon fait actuellement le ménage dans le catalogue de son service de vidéo à la demande : Amazon Prime. L’entreprise souhaite désormais se tourner vers des productions populaires.

Vous avez aimé le retour du comédien belge Jean-Claude Van Damme dans un rôle plein d’autodérision dans la série « Jean Claude Van Johnson » ? Sachez qu’elle ne dépassera pas le stade de la saison unique. En effet, la série vient d’être annulée tout juste un mois après sa diffusion. Elle n’est pas la seule. « I love Dick » de Jill Soloway avec Kevin Bacon se contentera également d’une seule saison. De son côté, « One Mississipi » aura eu droit à deux saisons avant d’être supprimée. Si le show créé par Tig Notaro et Diablo Cody a connu un succès critique, il n’a pas été épargné par le changement d’orientation impulsé par le géant de Seattle pour sa division vidéo. C’est sans compter les scandales de harcèlement sexuel dans lequel est impliqué l’un des producteurs de la série, Louis C. K., qui n’ont certainement pas joué en faveur du maintien de cette dernière.

 


Bigger and louder


Mais quel est ce changement d’orientation justement ? Il est simple : se tourner vers du contenu plus grand public. Autrement dit, Amazon veut son « Game of Thrones ». Il s’agit d’un changement majeur pour Amazon Prime plus connu jusqu’à présent pour ses productions « indépendantes » appréciées de la critique et primées comme « Transparent », elle-même en perte de vitesse en plus des accusations d’agression sexuelle qui pèsent à l’encontre de son acteur principal Jeffrey Tambor.

Il convient de rappeler que ces trois séries ne sont pas les seules à être tombées sur l’autel de la popularité : « Z : The beginning of everything » et « The last Tycoon » les ont précédées.

Le problème est que ce dégraissage tous azimut ne devrait pas être compensé immédiatement. En effet, le département de la vidéo d’Amazon est en pleine restructuration depuis plusieurs mois. Tout d’abord, Roy Price a dû quitter ses fonctions suite à des accusations de harcèlement sexuel. Il a été remplacé par Albert Cheng, un ancien cadre d’ABC. Sharon Tal Yguado, qui vient de la Fox, est dorénavant en charge des séries de fiction au sien d’Amazon Studio.

En outre, le PDG Jeff Bezos s’investit en personne dans les négociations pour acquérir de nouelles licences. C’est ainsi qu’en fin d’année 2017, il a mis la main sur un « précieux » trésor de guerre : les droits d’adaptation du Seigneur des Anneaux. L’opération aurait coûté la bagatelle de 200 à 250 millions de dollars, sans compter les frais de production à venir. Nul doute que la firme de Seattle tient enfin son « Game of Thrones ».

Mais ce n’est pas tout. Amazon dispose actuellement de douze projets à différents niveaux de développement avec la société de production Skybound Entertainment et le créateur Robert Kirkman, à l’origine entre autres de « The Walking Dead ».

 

 

Le choc des titans


C’est que, désormais, Amazon devra compter sur la concurrence d’un futur poids lourd sur le marché de la vidéo à la demande. La fin de l’année 2017 a été marquée par le rachat du groupe 21st Century Fox par la Walt Disney Company pour la modique somme de 52 milliards de dollars plus 14 milliards de dette. Or, Disney devrait lancer prochainement son propre service de streaming : l’entreprise disposerait alors d’un catalogue faramineux dont Avatar, les X-Men, les Alien, Independance Day pour ne citer que les plus connus. De plus, par cette opération de rachat, Disney a fait main basse sur Hulu, la plateforme de streaming uniquement disponible aux États-Unis, connue entre autres pour la série primée The Handmaid’s Tale.

Enfin, il n’est pas impossible qu’un autre géant du numérique entre dans la danse : Apple. Avec le rapatriement de ses liquidités à l’étranger consécutif à la réforme fiscale de l’administration Trump, les analystes financiers de Citi, une entreprise financière basée à New York, estiment probable le rachat du numéro un de la VOD Netflix par la société dirigée par Tim Cook.

La guerre du streaming ne fait que commencer.

 

 


Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise