My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Pourquoi la tendance du retrogaming a-t-elle autant de succès ?
RETOUR
Fun - Tendances

Pourquoi la tendance du retrogaming a-t-elle autant de succès ?

Revisite des consoles de l'époque

28/08/2017

On parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps où connaître les mots Pac Man, Donkey Kong, Rayman, la Game Boy Color faisait de vous le roi de la récré.

Un sourire se dessine sur vos lèvres quand vous y repensez ? Alors vous êtes potentiellement la cible de cette nouvelle tendance qui ébranle le monde du jeux vidéo, celle qui fait ressasser vos plus beaux souvenirs d’enfance : le retrogaming. Mais pourquoi un tel succès ?

 

 

Qu’est ce que le retrogaming ?

 

“Faire du neuf avec du vieux”, telle pourrait être la devise du retrogaming. Alors que le mot d’ordre pour les jeux vidéo est de les développer toujours plus beaux, toujours plus loin, une tendance se développe en marge. Elle consiste à revisiter les plus belles consoles de l’époque ou les meilleurs jeux, pour les ressortir au grand public. Et ça marche. Nintendo ouvre la voie en 2016 en ressortant la Ness Classic Mini qui s’écoule à pas moins de 2.3 millions d’exemplaires. Par la suite, Atari revient sur les devants de la scène avec sa nouvelle console Ataribox qui sortira prochainement, largement inspirée du design de la première version Atari 2600 sortie 40 ans plus tôt. S’ajoute à cela des cartouches de jeux qui se vendent à des milliers d’euros sur internet (oui, encore plus vieux que les disquettes), et le succès planétaire de Pokémon GO l’année dernière.

 

Le retrogaming est un vrai phénomène mêlant nostalgie, nouvelles technologies, marketing et communauté.

Décryptage.

 

 

Le retro-gaming, un retour vers l’enfance

 

Les années 80 - 90 ont été marquées par le début et l’explosion des jeux vidéos de salon. Il fallait économiser pour pouvoir s’acheter une console et chaque nouveau jeu provoquait un évènement. Des heures étaient nécessaires pour débloquer un niveau, mais qu’importe, on passait du bon temps. Du temps entre amis, du temps en famille. Si les vieux jeux parlent autant à la génération qui les a connus en premier, c’est tout simplement parce qu’ils rappellent ce bon temps passé dans l’insouciance de l’enfance.

Ils font appel à de bons souvenirs et nous plongent dans une agréable nostalgie.

 

Les jeux deviennent aussi comme un patrimoine que l’on aime transmettre aux nouvelles générations. Souvenez vous de l’été 2016, quand le jeu Pokémon Go a frappé dans le monde entier. Qui étaient les joueurs ? A la grande surprise générale, les dresseurs qui sillonnaient les rues n’étaient pas des enfants mais plutôt des hommes et femmes entre 25 et 30 ans, et des pères de famille accompagnés de leur progéniture. Cela s’explique par deux raisons : les enfants n’ont pas l’âge (quoique…) et les moyens de se payer un téléphone assez puissant pour être compatible mais aussi parce que le jeu fait écho à la jeunesse des enfants devenus grands.

 


D’abord un jeu de cartes puis une série TV, Pokémon figure parmi les concepts ayant provoqué le plus d’engouement chez les jeunes comme les moins jeunes. Imaginez alors un nouveau jeu sur Harry Potter...

 

 

Le retrogaming et le sentiment d’appartenance

 

Il n’est pas rare d’entendre les méfaits des jeux vidéos sur la vie sociale et la santé à cause de leur utilisation excessive. Ils font bien souvent l’objet d’une passion dévorante et les idolâtres sont d’ailleurs bien plus nombreux que les joueurs modérés. Mais s’ils sont accusés de favoriser l’isolement, le rétro-gaming a tendance, lui, à provoquer l’effet inverse.

 

Bon nombre d’adeptes se rassemblent sur des forums et les évènements se multiplient. Les “rétro-gamers” se provoquent en duel le temps d’une partie d’Asteroïds dans l’un des nombreux bars Gaming qui fleurissent ces dernières années, pendant que d’autres se donnent rendez-vous au Re-Play festival près de Cannes, au RetroGaming Play à Meaux ou encore dans un espace qui leur est réservé dans l’une des innombrables conventions. Un musée a même vu le jour à Schiltigheim (67), le Pixel Museum, retraçant l’histoire de ce monde enchanteur à travers l’exposition de consoles et de jeux collectors.

 

Le retro-gaming plaît et rassemble. Il crée de véritables communautés dont les membres y trouvent l’occasion de répondre à un besoin fondamental : le besoin d’appartenir à un groupe avec lequel ils partagent les mêmes valeurs et centres d’intérêts. S’ajoute à cela le sentiment d’expertise, de faire partie d’une communauté qui possède davantage de connaissances sur le sujet que le reste de la population.

Quoi de plus beau que de se trouver un cercle d’amis pour vivre une passion commune ?

 

 

Le retrogaming et le marketing, ou la stratégie du recyclage

 

Si l’on compare les jeux vidéos au milieu des nouvelles technologies, le rétro-gaming pourrait se ranger dans la catégorie des innovations incrémentales. Contrairement à l’innovation de rupture, qui utilise des processus de création différents pour créer un objet radicalement nouveau, l’innovation incrémentale a pour but d’améliorer les produits existants.

 

Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Cette théorie de l’innovation peut en fait s’appliquer à tous les domaines : high-tech, science, marketing et… cinéma. Le milieu cinématographique est dirigé par le rétro-marketing. Les films à succès restent rarement sans suite car comme on dit, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Parmi ces oeuvres reprises encore et encore, on nommera Star Wars, Star Trek, ou encore les films Marvel, qui appliquent la même recette pour multiplier les suites.

 

Comme les entreprises de jeux vidéos, les sociétés de production voient dans les vieilles choses l’occasion de faire un nouveau produit tout en réduisant le danger de faire un “flop”. Si une recette a marché des années auparavant, il n’y a pas de raisons pour qu’elle soit définitivement désuète. Une pierre deux coups, le rétro-marketing parle aussi à toutes les générations : la génération qui a connu le produit dans son enfance et les enfants d’aujourd’hui qui voient eux, un nouveau produit qui leur est destiné.

 

 

 

Si le retrogaming provoque un tel engouement, c’est parce que comme toute tendance issue du rétro-marketing, il fait appel à l’une des meilleures périodes de la vie d’un être humain : l’enfance. Il mêle à la fois souvenirs et partage. Si aujourd’hui les jeux vidéos sont souvent synonymes d’atomisateurs de vie sociale, le retro-gaming rappelle lui, les moments passés autrefois : un groupe d’amis s’affrontant sur une antique playstation ou une arcade pour faire exploser le score.

Reste à savoir si l’effet nostalgique permettra à cette tendance de durer dans le temps ou si elle se volatilisera aussi vite qu’une mode passagère.

 

Quoi qu’il en soit, le retrogaming représente pour le moment, un véritable marché lucratif pour les entreprises, et l’occasion pour les joueurs de socialiser leurs parties en solitaire.

 

 

 

Article rédigé par Marion Vannelli

 

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise