My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Downvote : nouvelle fonctionnalité étudiée chez Facebook
RETOUR
News - Réseaux sociaux

Downvote : nouvelle fonctionnalité étudiée chez Facebook

16/02/2018

Depuis quelques mois, Mark Zuckerberg est au coeur de nombreux sujets. Non pas pour le féliciter de son travail mais pour les diverses polémiques dont il est la cible avec son réseau social. Lassé et inquiet face à autant de négativité, il semblerait bien que le PDG soit en train de reprendre les choses en mains !

Marre des nouveaux algorithmes changeant nos habitudes, des fake news inondant notre fil d’actualité et du comportement trop laxiste du créateur de Facebook. Aujourd’hui, Zuckerberg en a assez des polémiques et tente bien de se faire racheter par tous les moyens. Notamment avec un bouton “downvote”.


Depuis quelques jours aux USA, Facebook est en phase test d’un nouveau bouton. Critiqué depuis bien trop de temps pour son manque de modération et d’inquiétude concernant la protection de nos données personnelles, Mark Zuckerberg réagit enfin !

 

“Downvote” pourrait bien être la solution à toutes les critiques reçues. Le nouveau bouton permettrait en effet, de dénoncer et signaler tous les commentaires jugés offensants et inappropriés sous une photo, une vidéo ou bien un simple statut.

 

 

Un petit pas pour l’homme, un grand pour Facebook

 

Le nouveau système en phase test sera placé à côté des boutons j’aime et répondre. A noter qu’il ne s’agira pas d’un bouton “je n’aime pas”, pourtant réclamé depuis quelques temps pas les internautes les plus actifs sur le réseau social. La raison ? Facebook ne voudrait pas permettre l’expression d’un sentiment négatif sur sa plateforme. Plutôt paradoxal puisque depuis 2016, chaque utilisateur peut choisir parmi six boutons émoji pour réagir aux publications tels que : le “j’aime” classique, le “j’adore” avec un coeur, le “haha” riant à pleine bouche, le “wahou” émerveillé, le “triste” avec sa petite mine et enfin, le “grrr” tout rouge.

 

Ainsi, si un utilisateur remarque un contenu suspect ou inapproprié, il pourra alors utiliser le “downvote”. La publication sera alors cachée et l’internaute ayant signalé le contenu devra justifier son geste en choisissant un motif parmi les trois proposés : “offensant”, “hors sujet” et “trompeur”. Une façon d’aider au mieux l’application à réguler le comportement du public et de changer le climat régnant sur Facebook.

 

 

Quelle différence avec le signalement de publications ?

 

Bien que le PDG de Facebook regorge sans cesse d’idées inédites toujours plus compétentes et innovantes, il semblerait que sur ce coup, il n’y ait rien d’inédit avec cette nouvelle fonctionnalité.

 

En effet, le réseau social disposait déjà d’une possibilité de signalement de publications qui ne respectaient pas les conditions de la plateforme. En utilisant ce signalement pour une photo, par exemple, la justification de votre action était déjà demandée, notamment en sélectionnant parmi les indications suivantes : “le contenu est ennuyeux ou inintéressant”, “je pense que cela n’a rien à faire sur Facebook” ainsi que “c’est du contenu indésirable”, afin que votre mécontentement remonte auprès des équipes de gestion..

 

Une nouvelle fonctionnalité étudiée afin de lutter au mieux contre les fausses informations et le cyber harcèlement, bien trop présents sur la plateforme. Ce bouton pourrait ainsi permettre au réseau social de collecter un maximum de données et comprendre les intérêts et attentes de ses utilisateurs. Mais alors, “downvote” est-il vraiment un plus pour Facebook ou une simple duplication de l’option signaler ?

 

 

 

Article rédigé par Clélia Ripoll

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise