My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Facebook : un fil d’actualité au service de... votre bien-être
RETOUR
News - Réseaux sociaux

Facebook : un fil d’actualité au service de... votre bien-être

12/01/2018

L’algorithme du fil d’actualité de Facebook va faire l’objet dans les prochains mois d’une mise à jour afin d’augmenter les interactions avec les personnes auxquelles on tient. L’objectif : contribuer à notre bien-être.

Mark Zuckerberg nous a prévenu. En guise de vœu pour cette nouvelle année, le CEO de Facebook a affiché sa volonté de « réparer » son réseau social suite aux controverses qu’il a suscité ces derniers temps. Il souhaite notamment que le temps passé sur Facebook soit bien dépensé. Pour cela, il n’hésite pas à réformer en profondeur une des principales fonctionnalités de sa plateforme (si ce n’est la première) : le fil d’actualité.

 


Facebook, cet ami qui vous veut du bien


Qu’est-ce que du « temps bien dépensé » ? C’est celui consacré aux relations interpersonnelles qui a toujours été au coeur du réseau social même si le contenu public produit par les marques et les médias semble avoir pris le dessus ces dernières années, selon le retour des socionautes. Par conséquent, les publications des proches auront désormais la priorité sur le contenu public dans le fil d’actualité. Il s’agit d’un changement majeur pour le réseau social qui n’est dorénavant plus destiné « à vous aider à trouver du contenu pertinent » mais « à avoir des interactions sociales plus significatives ».

Pour quoi faire ? Pour se sentir bien. Les équipes de recherche de Facebook l’ont démontré : interagir sur la plateforme par le biais de commentaires, d'emojis ou de likes participe à notre bien-être. Au contraire, avoir une attitude passive en se contentant de faire défiler son fil d’actualité ou de publier des contenus renforce votre solitude. Du coup, le Newsfeed va prochainement mettre la priorité sur les conversations qui suscitent des interactions significatives entre les personnes. Par là, il faut entendre les commentaires longs plutôt que les simple likes, si on en croit la timeline Twitter d’Adam Mosseri, le chef du service qui s’occupe du fil d’actualité chez Facebook.

Conséquence directe de cette nouvelle orientation : la baisse de visibilité des pages des marques et des médias dans le fil d’actualité. Une mauvaise nouvelle pour les Community Manager.

 


Des pages qui ne seront plus « à la page »


On savait que depuis quelques mois Facebook expérimentait dans certains pays une façon de mettre en avant le « contenu privé » au détriment du contenu public. L’idée : concentrer ce dernier dans le tout nouveau fil « Explorer » afin que le fil d’actualité ne soit composé que des publications des « amis » et des posts générant des interactions plus les contenus sponsorisés. Le résultat ne s’est pas fait attendre : la portée organique des pages a connu une chute sans précédent. Il a été conclu que, si ce système venait à être généralisé, il ne serait plus possible de faire des affaires sur Facebook sans investir dans la publicité.

Qu’en est-il aujourd’hui ? A priori, il y a une volonté très nette de privilégier les publications des proches et des groupes auxquels on appartient au détriment de celles des pages. Mosseri le dit sans ambages : « les pages peuvent voir leur portée, le temps de visionnage vidéo et le trafic de référence diminuer ». Zuckerberg surenchérit : « vous devrez voir moins de contenus publics comme des publications venant d’entreprises, de marques et de médias ». Mais l’impact variera selon le type de contenu produit et la façon dont les personnes interagissent. Les pages dont les posts génèrent des conversations seront moins affectées.

Il convient de noter que ni Zuckerberg, ni Mosseri ne touchent un mot des contenus sponsorisés. Il paraît improbable que ceux-ci soient déconsidérés dans le newsfeed en cas de « passivité » : Facebook tire ses revenus de la publicité ! Par contre, il y a une volonté très claire de pousser les socionautes à utiliser la vidéo en directe, synonyme d’interaction (six fois plus que pour les vidéos normales selon Mosseri).

Par ailleurs, même si elles ne sont pas évoquées, on peut supposer que le primat donné au contenu privé est un moyen de lutter contre les Fake News produites par certaines pages. Mais ce moyen reste limité. D’une part, il y a la possibilité de recourir aux contenus sponsorisés comme ça a été le cas lors des dernières élections présidentielles américaines. D’autre part, les fausses nouvelles diffusées par les amis et suscitant de l’engagement devraient truster le fil d’actualité selon les nouveaux critères. Une affirmation à nuancer puisque Mosseri annonce que les contenus sensationnalistes de type appâts à clique (souvent synonymes de Fake News) continueront à être dévalorisés.

Pour finir, Mosseri a tenté de rassurer celles et ceux qui font des affaires en gérant une page Facebook. En premier lieu, cette mise à jour n’a rien à voir avec l’expérimentation mentionnée précédemment : les posts des pages continueront de figurer dans le fil d’actualité, même si en quantité moindre. En second lieu, il sera possible aux utilisatrices et utilisateurs de paramétrer leur Newsfeed afin que les publications de leurs pages favories continuent à s’afficher en priorité.

 

 


Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise