My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Fin du fil Explorer sur Facebook, au grand soulagement des administrateurs de pages
RETOUR
News - Réseaux sociaux

Fin du fil Explorer sur Facebook, au grand soulagement des administrateurs de pages

Facebook Explorer disparaît

05/03/2018

Les marques et les médias le redoutaient. Il n’aura finalement pas passé la phase de test : le fil Explorer n’a pas convaincu Facebook.

Rappelez-vous, c’était il y a six mois, autrement dit une éternité dans le monde tumultueux du Community Management. Facebook expérimentait un fil Explorer. Distinct du fil d’actualité centré sur les nouvelles des proches, il devait recueillir l’actualité des pages suivies par les usagers. Dans les six pays où il avait été testé, les résultats faisaient craindre le pire pour les entreprises. En effet, le fil avait entraîné une chute de la portée organique des pages et une baisse importante de l’engagement. Dans le reste du monde, le même fil était utilisé pour permettre aux utilisatrices et utilisateurs de découvrir du contenu susceptible de leur plaire.

 


Le fil Explorer échoue à rapprocher les utilisateurs de leurs « amis »


L’outil a finalement été abandonné par Facebook. L’annonce a été faite par la voix d’Adam Mosseri, le responsable du fil d’actualité au sein de la société. Eu égard aux objectifs initiaux, les résultats de la phase de test ne sont pas avérés concluants. Ainsi, le fil Explorer répondait à une demande des socionautes de voir plus de nouvelles de leurs amis et de leurs familles dans leur fil d’actualité. L’idée était de scinder la diffusion des informations en deux fils : l’un pour les proches (le Newsfeed), l’autre pour les Pages (Explorer).

L’expérimentation a été un échec. Les usagers ont rejeté cette nouvelle approche. Les enquêtes ont révélé qu’ils étaient moins satisfaits des posts qui s’affichaient par rapport à la situation d’avant test. En outre, les deux fils ne leur ont pas permis de plus se connecter avec leurs amis et leur famille. Par ailleurs, le fil Exporer n’est pas un moyen efficace pour découvrir du nouveau contenu sur Facebook.

Par conséquent, les administrateurs de Pages peuvent respirer un bon coup. L’Explore Feed était une réelle menace pour les entreprises, voire pour le métier de Community Manager. Or, il était à craindre que cette phase de test soit le préalable à une généralisation à l’ensemble du monde. Bon nombre de fonctionnalités que nous utilisons quotidiennement comme les réactions, les vidéos en direct ou les Gifs sont passées par cette étape.

 


Un échec qui ne remet pas en cause la nouvelle politique de Facebook centrée sur les utilisateurs


Pour autant, la vigilance reste de mise. S’il a supprimé le fil Explorer, Mark Zuckerberg n’a pas pour autant renoncé à l’objectif de base : renouer avec les fondamentaux sociaux de Facebook en se recentrant sur les « interactions significatives » avec ses proches. Adam Mosseri estime d’ailleurs que les récents changements dans l’algorithme du fil d’actualité, qui affiche dorénavant moins de contenus de marques ou de médias, répondent mieux aux demandes du public.

Les entreprises doivent donc s’adapter à cette nouvelle donne. Il s’agit d’inciter leurs fans à suivre leur page pour que les informations s’affichent en priorité sur leur fil d’actualité. La création d’un groupe (en plus de la Page) devient une obligation pour quiconque souhaite susciter des échanges au sein d’une communauté vivante. L’engagement est plus que jamais le maître-mot du Community Manager sur Facebook en 2018 dans le but de fidéliser ses abonnés. Cela passe par du contenu de qualité afin de générer ici aussi des « interactions significatives » susceptibles de faire monter le contenu dans le Newsfeed. Pour ce faire, il est conseillé de miser sur la diffusion de vidéos en direct qui produisent dix fois plus de commentaires en moyenne que celles qui sont préenregistrées.

La « crise » du fil d’actualité montre à quel point il est dangereux de se reposer sur un seul canal d’acquisition. Il existe d’autres sources de trafic comme le SEO ou l’envoi de newsletters. Une urgence pour les entreprises qui avaient décidé de se reposer uniquement sur Facebook. C’est ce que le média féminin américain Little Things a appris à ses dépens en fermant ses portes suite à la chute de la portée organique de ses publications, devenant ainsi la première victime officielle de la nouvelle version du fil d’actualité de Facebook.

 

 


Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise