My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances My Jalis - Actualité digitale et décryptage de tendances
Tendances, entrepreneuriat, innovations et actualité digitale : Twitter se dote d’une fonctionnalité thread
RETOUR
News - Réseaux sociaux

Twitter se dote d’une fonctionnalité thread

Nouveauté sur twitter

13/12/2017

Né de la pratique des usagers, le thread (ou « discussion ») ne pouvait être créé que par des moyens détournés jusqu’à présent. Désormais, Twitter intègre directement la fonctionnalité.

Que de changements cette année pour Twitter ! Après avoir doublé la taille historique des tweets, le réseau social se dote d’un outil permettant de mettre en place plus facilement des threads. Ces derniers consistent en une série de tweets reliés entre eux.

 

 

Des tweets, un thread : plein de possibilités

 

Quel intérêt ? Rappelez-vous qu’à une époque pas si ancienne, les messages étaient limités à 140 caractères. La « discussion » permettait d’étayer son propos. Certes, il était (et reste) possible de décomposer tout simplement son message en plusieurs tweets en précisant dans chacun d’entre eux l’ordre de lecture. Une autre astuce consistait à employer le hashtag #LT (« last tweet ») pour préciser ou développer le propos de son premier tweet.

Sauf que le thread (appelé aussi « Tweetstorm ») dépasse la simple commodité. Il s’agit d’une autre manière de s’exprimer proche du billet de blog. Son invention remonte au moins à 2014. Elle est officiellement attribué à Marc Andreesen, connu entre autres pour être le cofondateur de Netscape, même si la paternité du terme revient à Chris Dixon. Andreesen utilisait la discussion pour des messages à vocation pédagogique ou explicatif en numérotant chacun des points qu’il développait. En reliant les tweets entre eux par la fonctionnalité « répondre », on obtenait un raisonnement cohérent.

Cette pratique s’est répandue. Mais elle s’est aussi étendue à d’autres usages grâce à la créativité des twittos. Ainsi, les Twistories reposent sur des threads. Ces fictions ont connu un succès incroyable en 2017 comme en témoignent « 3ème droite » de François Descraques ou encore le canular de Manuel Bartal qui a tenu en haleine de nombreux internautes cet été. Si elles ont cartonné, c’est parce qu’elles ont su tirer parti de leur support permettant une narration directe et concise susceptible de ménager le suspense (on est littéralement « suspendu » à un tweet) le tout à une audience se comptant par milliers (voire plus) qui n’a pas besoin d’autre chose que de son smartphone pour lire.

Néanmoins, le thread se prête à des usages plus spontanés comme le récit d’une anecdote, souvent en lien avec l’actualité, ou le billet d’humeur.

Jusqu’alors, la plateforme de microblogging n’avait pas de fonctions dédiées au Tweetstorm. D’autres développeurs s’étaient engouffrés dans la brèche en proposant des applications décomposant un long message en plusieurs tweets. Ainsi, est-ce le cas du bien nommé Tweetstorm. Nous savons depuis septembre que Twitter testait une fonctionnalité dédié à la discussion directement intégrée à l’interface. Elle est dorénavant accessible au grand public.

 

 

Thread : comment ça marche ?

 

Son utilisation est on ne peut plus simple. Dans un premier temps, il convient de taper son premier tweet. Dans un deuxième temps, vous devez appuyer sur le bouton « + » en bas à droite du composeur de tweet et à la gauche du bouton « tweeter ». Et ainsi de suite. À chaque fois, il est évidemment possible d’ajouter des émojis, des images, une vidéo, un Gif, un sondage ou une localisation comme pour un tweet unique. Une fois que vous avez terminé, il faut appuyer sur « tout tweeter » pour publier le thread.

Du point de vue du lectorat, seul le premier message est visible. En cliquant sur la discussion, les deux tweets suivants apparaissent. Il faut appuyer sur le bouton « montrer la discussion » pour dérouler l’ensemble du thread.

Au total, vous pouvez aligner jusqu’à 25 tweets ce qui fait un message long de 7 000 caractères. Mais une fois ce premier Tweetstorm fini, vous pouvez le compléter avec un autre en cliquant sur le bouton « Ajouter un autre tweet ». De quoi raconter des histoires fournies ou de proposer des analyses détaillées ! C’est d’ailleurs le reproche que font certains à cette nouvelle fonctionnalité. En faisant (encore) le choix de la longueur, Twitter se rapproche de plus en plus de Facebook. Il perd le côté spontané, intime et personnel qui est sa marque de fabrique. L’intérêt du Tweetstorm originel est de pouvoir interagir sur les différents points au fur et à mesure de leur diffusion. Pas sûr que les échanges soient au rendez-vous si vous balancez tout d’« un bloc ».

La « tempête de tweets » va-t-elle alors tout ravager sur son passage ?

 

 

 

Article rédigé par Thierry Randretsa

A lire aussi

Vous aussi,
Partagez l'actualité de votre entreprise